AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Wise men say ϟ Robert M. Fischer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Robert M. Fischer
CIVIL
avatar

Messages : 81

MessageSujet: Re: Wise men say ϟ Robert M. Fischer   Lun 22 Oct - 13:28

Fischer se sentait, lui aussi, un peu bizarre. Pourtant, le retour à la réalité avait quelque chose de rassurant pour lui. Il était rassuré de voir qu’il n’avait pas tué son employé, qu’il ne l’avait pas poussé à la mort. Il était terriblement soulagé de voir que son employé était toujours vivant, en chair et en os, et ses deux yeux bleus toujours aussi insondables, lui semblaient pourtant plus accessibles qu’avant ce rêve. Comme s’il semblait un peu moins froid avec lui, un peu moins distant, comme s’il l’autorisait enfin à le comprendre, et à voir qui il était, pourtant, il savait parfaitement qu’il y avait encore une distance entre eux, mais il y croyait maintenant encore davantage, il savait qu’il réussirait à savoir qui il était vraiment. Timothy ne pouvait pas être aussi froid qu’il voulait le laisser paraître. Il savait qu’il ne pouvait pas être comme ça. Personne ne pouvait être aussi froid que cela, les apparences étaient souvent trompeuses, et il voulait croire que c’était le cas pour son nouvel employé. Il avait lu de la sincérité dans les yeux de Timothy lorsque leurs regards s’étaient croisés une minute avant qu’il ne se tire une balle dans la tempe sans que Robert ne puisse se rendre compte qu’il était encore dans son rêve. Il ne pouvait plus en vouloir à Tim d’avoir parlé à sa mère, il ne pouvait plus lui en vouloir de l’avoir vu si fragile, il ne pouvait plus lui en vouloir du tout, il voulait simplement réussir à lire dans ses yeux celui qu’il était vraiment. Il ne lui demandait pas de s’ouvrir à lui comme un livre ouvert, et encore moins qu’il ne le fasse tout de suite, il désirait simplement apprendre, chaque jour un peu plus, à décrypter qui il était. Greewick était en quelque sorte devenu un défi qu’il se posait, un défi non pas mauvais et plein d’orgueil, mais plutôt doux et plein de bienveillance. Chassant toutes ces pensées de son esprit, il plongea simplement son regard dans celui de son employé, et ne pu retenir un petit sourire plein de douceur.

Il était encore endormi, et se sentait presque malheureux d’être encore endormi alors qu’il essayait de sortir de son sommeil pour voir et avoir la certitude du fait que son employé soit vivant. Il avait donc ouvert les yeux, et avait enfin croisé le regard de cet homme qu’il avait cru avoir poussé à la mort durant plusieurs longues minutes. Si son inconscient avait douté de la bonne foi de son employé, il était fondamentalement incapable de penser que quelqu’un était mauvais bien longtemps. La seule personne qu’il avait considérée comme une mauvaise personne avait été son père et il avait fallu de multiples tentatives qui avaient toutes échoués davantage les unes que les autres avant qu’il ne se ressoude à ce que son père faisait parti de ces rares personnes qui étaient foncièrement mauvaises avec les autres. Il sentait son cœur qui était encore noué dans sa poitrine face à ce qui s’était passé dans ce rêve. Il n’avait jamais été aussi troublé par un rêve, bien sûr il y avait eu des rêves douloureux, des rêves troublant où il avait retrouvé sa mère, cette mère à qui il tenait tellement et dont il avait besoin chaque jour sans qu’elle puisse être là à ses côtés. Il avait conscience du côté enfantin de ce besoin, mais n’importe qui voyant Fischer ne pouvait douter du fait qu’il soit encore un peu trop enfant dans l’âme. Pourtant aucun de ces rêves ne l’avaient jamais autant troublé, sauf peut-être un rêve qu’il avait fait un an auparavant, quelques temps après la mort de son père… Il fallait aussi dire que ça avait été l’un des très rares rêves où il avait vu quelqu’un mourir aussi proche de lui. « Ce n’est rien, vous ne pouvez pas contrôler les mouvements de vos projections. Et c’était le but de la séance. » Il ne pu retenir un petit soupire, il aurait préféré qu’il lui dise qu’avec le temps, il apprendrait à contrôler les projections et qu’il apprendrait à ce que son esprit ne flanque pas des balles dans l’épaule ou dans le poitrail des potentiels intrus. Il ne voulait pas faire du mal. « Il vous faut de la glace pour votre épaule. Ca fera disparaître la douleur plus vite. » Il lui offrit un petit sourire timide en le regardant dans les yeux. Fischer ne pensait jamais à lui en priorité, sans doute en avait-il parfois l’air lorsqu’il jouait avec ses jouets, mais ce n’était strictement jamais le cas.

Après une tentative, vaine, de redressement, il observa Timothy s’assoir sur le canapé à ses côtés. Il n’était pas mécontent de le voir rester à ses côtés, il était même soulagé de ne pas le voir se lever pour faire autre chose, il aurait tout le temps qu’il voudrait pour faire autre chose, et Robert lui offrirait même avec plaisir une journée ou deux de congés s’il le demandait, mais pas tout de suite… Il ne pu retenir un petit sourire, amusé cette fois, en voyant le jeune homme s’essayer à l’exercice, qui semblait plutôt difficile pour lui, du sourire. Il y avait de l’idée, il ne resterait plus qu’à lui apprendre à passer de l’idée à la pratique. Le principal, c’est que son sourire était présent et l’intention aussi, et ça ce n’était pas un mince progrès aux yeux de Fischer. Il était même très fier de voir cette esquisse de sourire sur son visage. « Vous n’avez pas réagit comme un débutant. Le garde n’était qu’une projection de votre subconscient, quand vous avez commencé à comprendre que nous étions dans un rêve, il a réagit d’instinct et a essayé d’éliminer l’intrus. C’est la réaction que j’essayais de provoquer. » Il haussa vaguement les épaules, autant que sa position ne le lui permettait. Il n’était pas certain que cette explication suffise à lui faire oublier, ou même à lui faire accepter ce qui s’était passé. « Je n’avais aucune envie de vous blesser, vous allez avoir mal encore un long moment, et je n’aime pas ça. Faites moi plaisir, allez chercher une poche de glace. » Il avait un regard plein de candeur, et avait un air particulièrement suppliant. Il n’avait aucune envie de le voir souffrir par sa faute. Il détestait faire souffrir les gens, il avait peur, peur d’être de nouveau une « déception » et d’être réduit à ce simple mot dans la bouche d’une personne autre que son père…

Il vit la main de Greenwick se lever, sans savoir pourquoi. Il ne comprenait pas, ce geste avait eu l’air plein de tendresse, et pourtant, sa main était finalement retombée sur son propre genou. Il ne comprenait pas, et pourtant se retint de faire le moindre commentaire, il avait aucune envie de voir cet homme, apparemment si froid, se braquer alors qu’il commençait à peine à le voir tel qu’il semblait l’être, en réalité. Il sentait cependant sa main poser sur son poignet, et n’avait aucune envie qu’il ne la retire de là où elle était. Il était surpris de sentir la chaleur que pouvait créer ce simple contact. « Restez allongé pour l’instant, »Il n’avait finalement plus aucune envie de bouger, il n’avait pas envie que le contact, pourtant si simple, qui les liait, ne se rompt tout de suite…. « Vous vous remettrez plus vite. Vous avez besoin de quelque chose ? Un verre d’eau ? On aura le temps de faire le point plus tard. » Il reposa doucement la tête sur l’un des coussins du canapé, et ferma, l’espace d’un instant, les yeux, avant de les rouvrir pour retrouver le regard de son interlocuteur. Comme s’il avait besoin de ça pour fixer ce moment dans sa mémoire mais surtout, fixer cette sensation de chaleur qui émanait de sa main sur son poignet et qu’il n’avait pas connu depuis si longtemps. L’avait-il déjà connu d’ailleurs ? Rien n’était moins certain. « Il doit y avoir de l’eau fraiche dans la carafe et deux verres sur la table de salon… Tendez la main. Cela suffira Timmy. Votre épaule… Ca va aller ? »Il lui offrit un nouveau sourire en passant sa main libre dans ses cheveux, comme pour se remettre les idées en ordre. Il espérait qu’il tendrait sa main libre, et pas celle qui était posée sur son poignet. Il n’avait aucune envie qu’il ne le lâche, et avait envie que cela s’éternise encore longtemps, il n’y avait aucune attirance là dedans, simplement… Le besoin de ne plus être seul. « Vous viendrez chaque soir alors ?... Peut-être serait-il intéressant de passer du temps ensemble en dehors des rêves… Afin de se connaître davantage. Cela éviterait que mon inconscient vous blesse dans chacun de mes rêves. » Il lui offrit un petit sourire innocent en le regardant dans les yeux. Ce n’était pas comme s’il lui avait proposé un rencard, c’était même tout le contraire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Timothy A. Greenwick
RÊVEUR
avatar

Messages : 180

MessageSujet: Re: Wise men say ϟ Robert M. Fischer   Dim 28 Oct - 15:41

Timothy fit un geste de la main pour écarter l’idée de la poche de glace, bougeant son épaule par la même occasion et grimaçant sous la douleur. Il allait vraiment falloir qu’il arrête de bouger pour rien, après une bonne nuit de sommeil la douleur aurait surement disparue. D’ailleurs, elle était psychologique plus que physique, la poche de glace n’aiderait surement pas. Il fallait juste que son cerveau finisse par reconnaître que la blessure avait été provoquée dans un monde qui n’existait pas. Ça ne devrait plus prendre très longtemps. Il essaya de rassurer Fischer, préférant ne pas trop penser aux raisons qui le poussaient à le faire. Certes, il devait éviter de le traumatiser, mais il n’avait jamais fait preuve d’autant de… soin à l’égard d’un de ses clients, encore moins à l’égard d’une de ses victimes. C’était dangereux, et pourtant il ne put pas s’empêcher de se rapprocher de lui pour être sur qu’il allait s’en remettre. La main serrée autour du poignet de Fischer, Timothy s’éclaircit la gorge, essayant de détendre les traits de son visage. « Ce n’est qu’un souvenir de la douleur que j’ai éprouvé, une ombre. Elle s’en ira assez vite, tout ira mieux demain matin. » Il évita de penser que c’était le genre de choses qu’on disait à un enfant pour les rassurer, mais ne lâcha pas le poignet du jeune homme. Le contact semblait le rassurer, même si Tim essayait de ne pas avouer que le contact le rassurait au moins autant que Fischer.

Tim se retourna en écoutant Fischer parler d’une carafe d’eau et aperçut effectivement les deux verres sur la table dans son dos. Il tendit la main, faisant bien attention de ne pas montrer la douleur que le geste avait causée. Il serra les dents et attrapa les deux verres, les posant sur le bord de la table avant de prendre la carafe. Il servit un verre avant de le tendre à Fischer, se rendant compte qu’il n’avait toujours pas lâché son poignet. Il s’éclaircit la gorge avant de retirer sa main, donnant le verre à son patron avant de se tourner presque complètement pour se servir un verre à son tour. Lorsqu’il se tourna à nouveau, Fischer était en train de passer une main dans ses cheveux, les laissant plus ébouriffés encore. Tim avala sa salive et essaya de rester stoïque malgré l’image que son patron lui offrait. Il avait remarqué que Fischer était bel homme, mais là on avait atteint un niveau supérieur encore. Tim avala une gorgée de son verre avant de le reposer sur la table. Tim était content de ne plus être en train de boire lorsque Fischer parla à nouveau car il se serait sans doute étouffé. Les yeux écarquillés, il se concentra sur le visage de son patron, essayant de savoir exactement ce qu’il sous-entendait. Mais son ton avait été innocent et son visage l’était tout autant. Tim se mordit la lèvre inférieure, essayant de se convaincre qu’il imaginait des choses avant d’essayer de sourire. Encore une fois, ses traits étaient sans doute trop tendus pour paraître vraiment amicaux, mais il essayait. Il pouvait difficilement faire mieux.

« Je… euh, je pense qu’il vaudrait mieux attendre quelques jours avant de retenter l’expérience. Mais je continuerai à vous entrainer… de manière plus théorique pour l’instant. » L’idée de voir Fischer en dehors de leurs heures de boulot était tout aussi excitante qu’effrayante, mais Tim savait qu’il n’avait pas le choix. Ça faisait partie de son boulot, il avait besoin d’en apprendre plus. Bon Dieu, il était dans de beaux draps. Il se releva un peu trop brusquement, faisant signe à Fischer de rester allongé pour l’instant. Il passa une main dans ses cheveux. « Ce serait peut-être mieux effectivement… C’est comme vous préférez. Je… Je vais vous laisser vous reposer, Monsieur. Vous avez besoin de dormir un peu. » Tim prit une longue inspiration, essayant de retrouver son calme avant de désigner la porte de l’appartement du bout du doigt. « Je ferais mieux d’y aller. »

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.unbreakable-vow.com/

Robert M. Fischer
CIVIL
avatar

Messages : 81

MessageSujet: Re: Wise men say ϟ Robert M. Fischer   Sam 3 Nov - 10:05

Souvenir ou pas, Robert n’avait pas l’habitude de faire du mal aux gens. Ce n’était tout simplement pas dans sa nature… Il aurait voulu trouver une solution pour permettre au jeune homme d’oublier ce qu’il avait ressentit. Il avait envie de lui faire oublier cette illusion, ou ce souvenir de douleur qu’il avait causé. Il ferma un instant les yeux, et l’image du visage du jeune employé quand il lui avait fait du mal venait de réapparaître dans son esprit. Il voyait la douleur sur son visage, et il détestait cela… Il rouvrit rapidement les yeux pour l’oublier et ne plus penser à cette image effrayante. Il ne voulait plus voir cette image. Il ne voulait tout simplement plus jamais faire de mal à Timmy. Et ce même dans ses rêves. Il ne voulait plus faire de mal à personne d’ailleurs, cela lui ferait trop de mal de lire à nouveau la douleur sur le visage de quelqu’un. Il releva doucement les yeux en direction de son employé, un regard plein d’excuse à son égard. Il avait l’impression de devoir se faire pardonner, et il espérait que son regard suffirait à cela. D’ailleurs, Timothy ne lui en voulait peut-être même pas, mais lui s’en voulait, et il avait besoin que quelqu’un le rassure et lui dise qu’il n’avait rien fait de mal…

« Je… euh, je pense qu’il vaudrait mieux attendre quelques jours avant de retenter l’expérience. Mais je continuerai à vous entrainer… de manière plus théorique pour l’instant. » Il releva doucement les yeux pour croiser le regard de son employé. Ses yeux étaient d’un bleu tout aussi intense que les siens, même s’ils étaient plus proches du bleu océan et les siens plus proches du bleu ciel. Il n’avait jamais rien ressentis d’amoureux pour personne, rien de sérieux, mais il pensait vraiment que si un jour il choisissait une femme pour partager sa vie, il voudrait qu’elle ait des yeux aussi bleu. Un peu comme sa mère. Il vida doucement le verre d’eau que lui avait tendu son employé. L’eau l’aidait un peu à reprendre ses esprits alors qu’il parvenait à se redresser lentement. La main de Greenwick avait quitté son poignet, et il le regrettait presque, il se sentait en sécurité avec lui. Et il avait l’impression que grâce à cet homme, tout irait bien mieux pour l’entreprise, il ne regrettait définitivement pas de l’avoir embauché. « Ce serait peut-être mieux effectivement… C’est comme vous préférez. Je… Je vais vous laisser vous reposer, Monsieur. Vous avez besoin de dormir un peu. » Il tourna doucement le visage vers Timothy. Dormir alors qu’il sortait de ce sommeil artificiel lui semblait un peu paradoxal mais il avait bien besoin de repos, et ça il le sentait. Il acquiesça simplement en se décidant finalement à répondre à son employé d’un air un peu fatigué « On pourra sortir alors… Je vous appellerais pour en parler… » Il savait que cette proposition aurait pu sembler étrange à de nombreuses personnes, mais Fischer était si innocent que personne ne pouvait penser à mal en entendant cette proposition. Il ne pensait strictement jamais à mal. Il pensait simplement à éviter de faire du mal à nouveau… Si son inconscient commençait à connaître Timothy, il pourrait peut-être éviter de le blesser à nouveau, et c’était ce qu’il désirait le plus à cet instant précis.

Fischer avait reposé son verre et s’était laissé retomber sur le canapé, comme épuiser par ce rêve qu’il venait de faire. « Je ferais mieux d’y aller. »Il n’avait pas eu le temps de lui proposer de rester un peu, Timothy était parti vers la porte d’un pas rapide, et il avait tout juste eu le temps de prononcer, dans un murmure : « A bientôt Timmy… » Il fixa quelques instants le plafond et commença rapidement à somnoler… Il se redressa et marcha jusqu’à sa chambre…. Ce premier entraînement avait été surprenant, et il espérait qu’un jour, il réagirait plus intelligemment à la présence de son employé dans ses rêves… Il espérait vraiment que le sourire de Timothy finirait par apparaître plus sincèrement encore sur son visage. Il était certain que son sourire serait beau, et que ses yeux n'en brilleraient que davantage...

FIN DU RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Wise men say ϟ Robert M. Fischer   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wise men say ϟ Robert M. Fischer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Robert McNamara, artisan de la mise au pas des peuples
» ROBERT MANUEL : NOUVELLES REVELATIONS
» ROBERT MENARD VOLE GAGE
» Entrevue de Robert Benodin avec Sonia Pierre
» (m) Alexander Androkovey - Robert Downey Jr - Avocat Russe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
the dream has become their reality :: You play a very dangerous game. :: Amérique :: Amérique du Nord-